Limiter le droit de grève ne fera pas arriver votre train à l’heure

Pour les syndiacts, si une limitation du droit de grève dans les chemins de fer est entérinée, celle-ci s’étendra tôt ou tard à d’autres secteurs. © P-Y Thienpont.
Pour les syndiacts, si une limitation du droit de grève dans les chemins de fer est entérinée, celle-ci s’étendra tôt ou tard à d’autres secteurs. © P-Y Thienpont. - P-Y Thienpont.

Près de 70 ans. C’est le temps pendant lequel aucun gouvernement de ce pays n’a essayé de limiter légalement le droit de grève. En s’en prenant aux cheminots, Michel Ier nous fera peut-être manquer cet anniversaire. Nous sommes inquiets et nous demandons surtout : à qui le tour ensuite ?

Le gouvernement fédéral veut en effet faire passer cet été au parlement le projet de loi qui doit encadrer le droit de grève du personnel de la SNCB et d’Infrabel. Ce texte est présenté comme une version light de ce que le gouvernement appelle « service minimum ». Car il n’est pas question, dit-il, de réquisitionner des travailleurs. Pourtant, le texte, à la lecture, n’apparaît pas si light.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pendant 2 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct