Comment la Pologne a cessé d’être démocratique

Edition numérique des abonnés

Alea jacta est, les dés sont jetés. Après la Diète (chambre basse) jeudi, le Sénat polonais a adopté dans la nuit de vendredi à samedi la loi réformant, en la démontant d’abord, la Cour suprême, ultime juridiction du système judiciaire polonais. La justice n’étant désormais plus indépendante des deux autres pouvoirs, mais directement soumise, les maîtres de la Pologne ont effacé la séparation des pouvoirs, et fait sortir le pays de l’État de droit. Ceci sans tenir le moins du monde compte des demandes et mises en garde adressées au pouvoir polonais par l’Union européenne.

Quelle est la situation du pouvoir judiciaire polonais, après les réformes menées par le PiS depuis son arrivée au pouvoir fin 2015, dont les trois lois controversées adoptées cette dernière semaine ?

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Profitez de notre offre d'abonnement
1er mois offert
  • "cesser d'être démocratique" ce n'est pas suivre la demande des électeurs qui ont élus le parti pour la loi et la justice, de faire la chasse aux fonctionnaires qui ont fait tournés la machine de "sécurité" Russe. https://en.wikipedia.org/wiki/Law_and_Justice#Ideology "Decommunization PiS is a strong supporter of lustration (lustracja), a verification system created ostensibly to combat the influence of the Communist era security apparatus in Polish society. While current lustration laws require the verification of those who serve in public offices, PiS wants to expand the process to include university professors, lawyers, journalists, managers of large companies, and others performing "public functions". Those found to have collaborated with the security service, according to the party, should be forbidden to practice in their professions. PiS also supports revealing the names of all secret agents from the time of the communist regime."

  • Alors que notre Europe s'effarouche d'un Erdogan, elle laisse s'installer PiS chez nous...

  • Chez-nous ? La Pologne, que je sache, n'est pas chez-nous et ne le sera jamais. De plus, je ne puis que constater que la Pologne n'a jamais (je dis bien, JA-MAIS) été une démocratie (durant l'Entre-Deux-Guerres, elle fut une dictature militaire pratiquant un antisémitisme d'Etat, après la Seconde Guerre mondiale, la Pologne fut un Etat satellite de l'URSS et, depuis la disparition de l'Union Soviétique, elle tend à redevenir ce qu'elle a toujours été : un état autoritaire, à l'instar de la Hongrie qui n'a, elle aussi, jamais été une démocratie -qui se souvient, hormis les Sarkozy, du Régent Horty ?). Nous ne sommes pas chez-nous en Pologne et les Polonais ne sont pas chez-eux dans notre pays !

  • Et dire qu'il y existe des braves gens qui critiquent Maduro.

  • Avec une centaine de morts sur les bras depuis mai et une famine en cours, Maduro est pire.

A la une
Tous

En direct

Le direct