Contre l’excision, les associations prônent la médiation culturelle

Chafika, Samia et Ismatou (de gauche à droite), les trois «
animatrices communautaires». © Elodie Ledure. ©Elodie Ledure
Chafika, Samia et Ismatou (de gauche à droite), les trois « animatrices communautaires». © Elodie Ledure. ©Elodie Ledure - Elodie Ledure

Samia Youssouf déplie une carte du monde. Plus ils tirent vers le rouge, plus les pays présentent un taux de prévalence élevé. En Somalie, en Guinée, à Djibouti, en Egypte et au Mali, plus de 90 % des femmes sont excisées. Le quartier Sainte-Marguerite, à Liège, se situe à des milliers de kilomètres de ces régions. Et pourtant. Dans cette petite pièce isolée, séparée de la salle principale de la consultation ONE, des femmes mutilées dans leur pays d’origine se confient.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Profitez de notre offre d'abonnement
1er mois offert
  • L'excision est un crime définitif contre des pauvres filles mais comme il s'agit d'une pratique courante dans des pays musulmans même si l'islam ne prône pas en effet cette pratique, il faut marcher sur des oeufs pour ne pas heurter et parler de médiation ,peut-être même de moratoire comme pour la lapidation ...

A la une
Tous

En direct

Le direct