Carte blanche: pourquoi il importe d’interdire les essais nucléaires

BELGAIMAGE-125809587

L’essai nucléaire effectué par la République populaire démocratique de Corée (RPDC) le 3 septembre 2017 n’a pas seulement provoqué des ondes de choc dans les couches profondes de la Terre. Il a eu le même effet au sein de la communauté internationale, certainement quand les premières estimations de la magnitude de l’explosion ont été rendues publiques.

Le traité qui interdit les essais nucléaires a été signé il y a 20 ans, mais n’est toujours pas en vigueur. Alors que la Corée du Nord continue à développer ses capacités nucléaires à travers des essais, il semble plus urgent que jamais de ratifier ce traité. La communauté internationale gagnerait à renforcer le droit international. La Belgique, l’Irak et l’OTICE sont bien déterminés à y contribuer.

Le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (TICEN) vise à interdire les essais nucléaires sur la surface de la terre, dans l’atmosphère, sous la mer et sous la terre. Il a été adopté par les Nations unies en 1996, a été signé par 183 pays et ratifié par 166. Pourtant, plus de vingt ans plus tard, la perspective de l’interdiction des essais reste menacée parce que huit États doivent encore ratifier le traité avant qu’il ne devienne un instrument international juridiquement contraignant. Il s’agit de la Chine, de l’Égypte, de l’Inde, de l’Iran, d’Israël, du Pakistan, des États-Unis et de la RPDC.

L’impasse et l’espoir

Les États signataires du TICEN se réunissent à New York la semaine prochaine pour une conférence (la dixième conférence dite « de l’article XIV » de ce genre) sous la coprésidence de la Belgique et de l’Irak. Son objectif est de donner un nouvel élan à la facilitation de l’entrée en vigueur du traité, qui n’a que trop tardé.

Face à l’impasse actuelle, le bilan du TICEN est clair : depuis que le traité est ouvert à la signature, seuls trois pays ont effectué des explosions nucléaires expérimentales. Seule la RPDC a fait exploser un engin nucléaire depuis le début de ce siècle. Bien qu’il ne soit pas encore en vigueur, le TICEN a d’ores et déjà renforcé la norme internationale contre les essais nucléaires – au point où chaque violation est maintenant universellement condamnée.

D’un point de vue technique, le régime de vérification du Traité est complet à 90 %. Il est déjà si avancé que ses capacités de détection dépassent ce que les négociateurs avaient pu imaginer. Lorsqu’un essai nucléaire est effectué, même dans les endroits les moins accessibles au monde, l’OTICE est en mesure de le détecter et de diffuser en temps utile des données précises et fiables sur la nature de l’incident parmi ses États membres.

L’appel à la communauté internationale

Le régime de vérification du TICEN est un outil indispensable à disposition de la communauté internationale. C’est aussi une plateforme de coopération technique internationale pour répondre à l’une des menaces les plus graves pour la sécurité mondiale.

Bien qu’il n’y ait pas de solution facile, certaines mesures permettraient d’évoluer dans la bonne direction. L’une des plus pratiques et efficaces d’entre elles est la mise en vigueur du Traité.

En reprenant le travail inachevé du TICEN, la communauté internationale montrerait, sans laisser place au moindre doute, que des mesures de non-prolifération et de désarmement nucléaires efficaces et multilatéralement vérifiables sont en effet possibles. En tant que mesure de confiance, il pourrait unir les pays à résoudre d’autres questions de sécurité complexes, y compris la crise sur la péninsule coréenne. Le TICEN est un pas en avant essentiel dans cette entreprise commune, et son entrée en vigueur est un objectif réaliste. Nous sommes déterminés à y contribuer.

Cet article réservé aux abonnés
est en accès libre sur Le Soir+

Cet article réservé aux abonnés est exceptionnellement en accès libre

Abonnez-vous maintenant et accédez à l'ensemble des contenus numériques du Soir : les articles exclusifs, les dossiers, les archives, le journal numérique...

1 mois d'essai offert
J'en profite
Je suis abonné et
je dispose d'un compte
Je me connecte
1€ Accès au Soir+
pendant 24h
Je me l'offre
Je suis abonné et
je souhaite bénéficier du Soir+
Je m'inscris

Commentaires

A la une
Tous

En direct

Le direct