Laurent Louis condamné à visiter des camps de concentration pour ses propos négationnistes

Dans cet article

La cour d’appel de Bruxelles a accordé ce mercredi matin la suspension du prononcé de la condamnation pendant cinq ans à l’ancien député fédéral Laurent Louis pour négationnisme, sous diverses conditions. Il était jugé pour avoir minimisé le génocide juif de la Seconde guerre mondiale sur son blog personnel. Il avait fait appel du premier jugement rendu en juin 2015, qui le condamnait à six mois de prison avec sursis et 18.000 euros d’amende.

Si la cour d’appel a suspendu pendant cinq ans le prononcé, elle a cependant émis une condition un peu particulière : Laurent Louis devra se rendre une fois par an, et ce pendant cinq ans, dans un camp de concentration et en faire le compte rendu sur son blog personnel. S’il refuse de le faire, la suspension du prononcé sera annulée. Cette condition avait été proposée par le prévenu lui-même, via son avocat, Me Sébastien Courtoy.

Pour ce qui est de l’autre dossier concernant Laurent Louis, à savoir la divulgation d’une liste de prétendus pédophiles sur son blog, la publication des photos de l’autopsie de Julie et Mélissa et des calomnies envers diverses personnes, dont Elio Di Rupo, la cour a estimé qu’il s’agissait d’un délit de presse. Or, selon le droit belge, seule une cour d’assises est compétente pour ce type de délit. Laurent Louis a donc été acquitté. Cependant, la cour d’appel n’a pas manqué de critiquer l’attitude « ignoble et nécrophile » de l’accusé, le qualifiant notamment de « pseudo-chevalier blanc d’arrière-boutique accompagné de sa horde de sous-fifres », selon La Libre.

Laurent Louis condamné à visiter des camps de concentration pour ses propos négationnistes

© Reporters
© Reporters

La cour d’appel de Bruxelles a accordé ce mercredi matin la suspension du prononcé de la condamnation pendant cinq ans à l’ancien député fédéral Laurent Louis pour négationnisme, sous diverses conditions. Il était jugé pour avoir minimisé le génocide juif de la Seconde guerre mondiale sur son blog personnel. Il avait fait appel du premier jugement rendu en juin 2015, qui le condamnait à six mois de prison avec sursis et 18.000 euros d’amende.

Si la cour d’appel a suspendu pendant cinq ans le prononcé, elle a cependant émis une condition un peu particulière : Laurent Louis devra se rendre une fois par an, et ce pendant cinq ans, dans un camp de concentration et en faire le compte rendu sur son blog personnel. S’il refuse de le faire, la suspension du prononcé sera annulée. Cette condition avait été proposée par le prévenu lui-même, via son avocat, Me Sébastien Courtoy.

Pour ce qui est de l’autre dossier concernant Laurent Louis, à savoir la divulgation d’une liste de prétendus pédophiles sur son blog, la publication des photos de l’autopsie de Julie et Mélissa et des calomnies envers diverses personnes, dont Elio Di Rupo, la cour a estimé qu’il s’agissait d’un délit de presse. Or, selon le droit belge, seule une cour d’assises est compétente pour ce type de délit. Laurent Louis a donc été acquitté. Cependant, la cour d’appel n’a pas manqué de critiquer l’attitude « ignoble et nécrophile » de l’accusé, le qualifiant notamment de « pseudo-chevalier blanc d’arrière-boutique accompagné de sa horde de sous-fifres », selon La Libre.

Cet article réservé aux abonnés
est en accès libre sur Le Soir+

Cet article réservé aux abonnés est exceptionnellement en accès libre

Abonnez-vous maintenant et accédez à l'ensemble des contenus numériques du Soir : les articles exclusifs, les dossiers, les archives, le journal numérique...

1 mois d'essai offert
J'en profite
Je suis abonné et
je dispose d'un compte
Je me connecte
1€ Accès au Soir+
pendant 24h
Je me l'offre
Je suis abonné et
je souhaite bénéficier du Soir+
Je m'inscris

Commentaires

A la une
Tous

En direct

Le direct