Menace sur la suite des aventures de Blake et Mortimer

Christian Vanderhaeghe, le destinataire de la lettre de Jacobs. © Le Soir/René Breny
Christian Vanderhaeghe, le destinataire de la lettre de Jacobs. © Le Soir/René Breny

Philippe Biermé détient-il une arme secrète pour faire plier le groupe Média Participations, dans le bras de fer qui les oppose sur la gestion de l’héritage de la Fondation Jacobs placée en liquidation judiciaire ? Au cours de l’interview qu’il nous avait accordée dans le cadre de notre enquête, le président et liquidateur de la Fondation Jacobs, Philippe Biermé, rappelait que le groupe Média Participations courait le risque de «  perdre le droit d’éditer les aventures de Blake et Mortimer  » et de «  voir le contrôle sur le patrimoine de Jacobs lui échapper définitivement  ».

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Profitez de notre offre d'abonnement
1er mois offert
  • Petite précision qui a cependant son importance : Dans le journal daté du 20 septembre à la page 21, la photo de l'encart intitulé "L'éditeur n'a pas eu de soupçon" ne représente pas Claude LEFRANCQ, mais bien le dessinateur Eric LOUTTE. Ce dernier n'a donc rien à voir avec ce bien triste imbroglio.

  • A maintes reprises et tout particulièrement quelques heures avant sa mort lors de notre dernière soirée au Bois des Pauvres, le 19 février 1987, sans doute en un pressentiment de celle-ci toute prochaine, Edgar P.Jacobs m'a toujours affimé très fermement et sans qu'il y ait la moindre ambiguité à son propos, qu'il était totalement opposé de son vivant et après son décès à la publication de nouvelles aventures de Blake et Mortimer ; il n'était assurément pas homme à revenir sur de tels propos, lui le gentleman sans arrières pensées bassement mercantiles! Et il l'a d'ailleurs écrit comme le relève cet article du Soir : « Profondément choqué » par l’article du paru dans le journal suisse "Le Matin" , Jacobs rédige alors une lettre dans laquelle il rappelle qu'il est « le seul qualifié » à dessiner ses personnages : « Il est faux de faire croire qu’il y aura d’autres albums de Blake et Mortimer. En tenant de tels propos, vous trompez sciemment le public et vous entretenez de faux espoirs parmi les lecteurs. » L’auteur entendait bien rappeler ainsi sa volonté d’empêcher « l’exploitation mercantile » de son œuvre. Le 6 mai, il fera entériner par l’assemblée générale de la Fondation Jacobs la révocation de Christian Vanderhaeghe suite à ses propos propos dans "Le Matin"

  • Edgar P.Jacobs, mon père spirituel, très spirituel! https://edgarpjacobs.blogspot.fr/

A la une
Tous

En direct

Le direct