Pourquoi les alternatives à Herrmann-Debroux n’ont pas marché

©Pierre-Yves Thienpont. Le Soir.
©Pierre-Yves Thienpont. Le Soir.

Tout le monde s’en est félicité : dès l’annonce de la fermeture du viaduc Herrmann-Debroux, la Wallonie et le fédéral se sont mobilisés pour offrir des alternatives aux navetteurs automobiles risquant d’être coincés dans les embouteillages. Las : ces alternatives n’ont eu qu’un succès très relatif. Cent autos occupaient lundi le tout nouveau parking de la SNCB à Louvain-la-Neuve (2.200 places disponibles), gratuit pour l’occasion, et celui de Walibi (2.000 places). A peine 250, mercredi. A Louvain-la-Neuve, il était possible d’embarquer dans le train – la SNCB avait ajouté un train à l’heure de pointe du matin à partir de Louvain-la-Neuve. « Il est clair que les trains n’ont pas été pris d’assaut », constate-t-on à la SNCB. A Walibi, on pouvait embarquer dans un bus spécial à destination de la station de métro Herrmann-Debroux. Il y avait parfois deux personnes à bord. En comptant le chauffeur…

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Profitez de notre offre d'abonnement
1er mois offert
  • la raison est très simple, les gens roulent pour certains dans des voitures neuves de société de 30-40 KE et n'ont pas 10 EUR non remboursés pour prendre le train ! c est trop cher pour ces riches en voiture et pauvres en compte en banque ! qu on donne du cash aux gens plutôt que de donner des voitures de luxe et qu ils aient les moyens de réfléchir intelligemment à la meilleure manière de se déplacer, plutôt qu à les forcer de consommer de la bagnole et d enrichir son lobby . c est soit disant voulu par le gouvernement mais bizarrement on voit toujours pas les chiffres sortir ! le lobby de la bagnole doit lutter ferme pour que ce budget soit grignoté au max par les impôts et charges en tout genre afin de décourager les gens d y aller et pouvoir ainsi continuer à confisquer ces milliards gaspillés en voitures allemandes importées

A la une
Tous

En direct

Le direct