Europalia, vers l’infini et l’au-delà

Deux sarcophages à tête de reptile, dans lesquels les corps étaient placés en position foetale, fréquemment utilisée pour représenter les personnes en Asie du Sud-Est, comme la position accroupie. © Dominique Duchesnes
Deux sarcophages à tête de reptile, dans lesquels les corps étaient placés en position foetale, fréquemment utilisée pour représenter les personnes en Asie du Sud-Est, comme la position accroupie. © Dominique Duchesnes

Le Bateau des âmes, sculpture de bois sombre de Sumatra du Nord, fine comme du papier découpé, regarde vers la gauche. La gauche, parce qu’en Indonésie, on dit que les morts voyagent vers l'Ouest, que leur royaume se trouve là où le soleil se couche. En Indonésie, on ne rigole pas avec les morts. Ou plutôt si, justement, mais plus souvent, on leur parle, on les questionne, on les implore. Jamais on ne les oublie. Jamais on ne les enterre loin de tout, loin de la vie agitée de la maison, dans un cimetière sinistre où, parce qu’il faut bien, une fois par an on va frotter les tombes et planter des bruyères.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Profitez de notre offre d'abonnement
1er mois offert
A la une
Tous

En direct

Le direct