Homicide à Liège: la déposition de Louise n’a pas été transmise à la Justice

Depuis qu’elle l’avait trouvé nu devant sa porte, Louise se méfiait de son voisin Patrick Vanderlinden dont elle ignorait le passé judiciaire. ©D.R
Depuis qu’elle l’avait trouvé nu devant sa porte, Louise se méfiait de son voisin Patrick Vanderlinden dont elle ignorait le passé judiciaire. ©D.R - D.R.

L’enquête sur le meurtre de la jeune étudiante française de 23 ans, dimanche à Liège, connaît de nouveaux développements. Jeudi, on apprenait en effet que ni le parquet de Liège, ni la Maison de justice en charge du suivi du dossier de Patrick Vanderlinden n’avaient été informés de la visite de la jeune femme, en février 2015 à l’hôtel de police de Liège, pour dénoncer le comportement malsain de son voisin. Selon le témoignage recueilli par Sudpresse de l’une des amies de Louise, Patrick Vanderlinden avait glissé, il y a trois ans, un mot sous sa porte. Au lieu de le ramasser, l’étudiante avait ouvert et avait trouvé le délinquant sexuel récidiviste (ce qu’elle ignorait) nu sur le palier. Depuis, elle évitait de rester seule le soir dans son kot.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Profitez de notre offre d'abonnement
1er mois offert
  • Oui, il faudrait que le citoyen puisse avoir connaissance qu'un pareil personnage habite dans votre rue, violeur d'une mineure d'âge, et le policier qui traite une plainte de ce genre comme on traite un délit de stationnement. Il a recommencé, la jeune fille est tuée, bon, rien à dire circulez.

  • Pouvoir louer un kot à une étudiante à proximité d'un violeur recediviste en libération conditionnelle. Une faute grave et impardonnable.

A la une
Tous

En direct

Le direct