Cynthia Fleury: «Les citoyens doivent être mieux formés et informés»

Edition numérique des abonnés

Vous ne la verrez jamais chez Ruquier ou dans un de ces talk-shows qui expédient la pensée et le débat aussi vite qu’un cheeseburger. À l’arène médiatique, où nombre d’intellectuels contemporains s’abîment, la philosophe et psychanalyste Cynthia Fleury préfère l’arène politique et le terrain pour travailler ses thèmes de prédilection : la démocratie, la citoyenneté et les nouveaux territoires que les mutations technologiques ouvrent à l’homme et la femme du XXIe siècle. Cette mise à distance volontaire des projecteurs des plateaux de télévision ne l’a pas empêchée, alors qu’elle n’a que 42 ans, de se forger une place solide dans le paysage intellectuel francophone. Elle était à ce titre l’invitée d’honneur du colloque de rentrée du parlement bruxellois, ce jeudi, sur le thème « Penser et construire la ville citoyenne », à l’occasion duquel Le Soir a pu la rencontrer.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct