Paradise Papers: quand un ministre de Trump commerce avec le gendre de Poutine

Edition numérique des abonnés

La traque a démarré fin août. Ce jour-là -le 27- un bateau vient de quitter le port russe d’Oust-Luga, au sud de Saint-Pétersbourg. Enfin, un bateau… Un tanker plutôt. Un bazar de 160 mètres de long et de 24.000 tonnes. Son nom : le « Navigator Yauza ». Et il est attendu quatre jours plus tard, le 31, à « BE ANR ». Soit le nom de code du port d’Anvers, en Belgique.

Que vient faire ce tanker chez nous ? On file au port pour trouver sa trace (un jeu d’enfants grâce aux coordonnées GPS disponibles en temps réel). Et le Navigator est là, le long de l’Escaut, amarré devant les réservoirs de la société Antwerp Gas Terminal. Il y décharge sa cargaison : du gaz de pétrole liquéfié (LPG). Russe. Produit à Tobolsk. Du gaz destiné à remplir les bonbonnes de butane/propane vendues notamment sur le marché belge.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pendant 2 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct