Un cours de droit sur l’intelligence artificielle

Depuis plusieurs années, le physicien Stephen Hawking s’inquiète autant qu’il s’enthousiasme des évolutions de l’intelligence artificielle.
Depuis plusieurs années, le physicien Stephen Hawking s’inquiète autant qu’il s’enthousiasme des évolutions de l’intelligence artificielle. - Patricia de Melo moreira/AFP.

L ’intelligence artificielle (IA) peut constituer aussi bien la meilleure que la pire chose qui est jamais advenue pour l’Humanité », déclarait le célèbre physicien Stephen Hawking lundi dernier à l’occasion de l’ouverture du Web Summit, grande messe annuelle des start-up qui se déroulait à Lisbonne. Sujet « hot » et polémique du moment, le « machine learning » et l’utilisation à tout va de la science algorithmique pour définir ou améliorer tel ou tel comportement (plus un secteur d’activité n’y échappe aujourd’hui, vous non plus si vous êtes un minimum connecté) imposent actuellement la tenue d’un large débat dans nos sociétés. La FEB, fédération des entreprises de Belgique, semble l’avoir compris.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Profitez de notre offre d'abonnement
1er mois offert
A la une
Tous

En direct

Le direct