Pas si ringardes qu’on le dit, les provinces

Les déplacements domicile-travail se font de manière privilégiée à l’intérieur des frontières provinciales. © Belga.
Les déplacements domicile-travail se font de manière privilégiée à l’intérieur des frontières provinciales. © Belga. - Belga.

Pas aussi ringardes qu’on le dit, les provinces ? La question mérite d’être posée à la lecture des travaux des géographes Isabelle Thomas, Arnaud Adam (tous deux de l’UCL) et Ann Verhetsel (université d’Anvers) : « Les frontières provinciales restent une réalité très tangible pour la population. Elles constituent manifestement une empreinte spatiale importante dans l’esprit des gens. »

L’étude (1) dont nous avons pris connaissance ne portait pas sur les provinces, et encore moins sur leur avenir institutionnel. Les chercheurs ont étudié les mouvements des habitants de la Belgique, à travers les déménagements des familles et les trajets entre le domicile et le lieu de travail. Les nouvelles technologies ont permis d’accéder à des masses d’informations colossales à travers le « Big Data ».

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pendant 2 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct