Damien Deroubaix de bois et de papier

Peinture-collages-gravure sur bois 2017
: Damien Deroubaix n’hésite pas à mélanger les genres et à de la feuille imprimée à l’oeuvre en relief.
Peinture-collages-gravure sur bois 2017 : Damien Deroubaix n’hésite pas à mélanger les genres et à de la feuille imprimée à l’oeuvre en relief. - D.R.

Sacré coco que ce Damien Deroubaix qui tord toutes les règles de la gravure pour créer un univers qui n’appartient qu’à lui. À La Louvière, son exposition s’ouvre sur une cabane, une vraie cabane en bois récupérée sur un chantier et dont il a gravé les planches à la façon d’un Gauguin du XXIe siècle. On y croise un tigre inspiré par un tableau de Delacroix, la reproduction d’une pochette du groupe de hard rock Slayer, de petits squelettes, un logo de death metal, un fétiche africain… Tout cela transformant cette cabane impersonnelle en un lieu étrange et vaguement inquiétant auquel l’artiste a donné le nom de purgatoire.

Ça tombe bien car au-delà de celui-ci, on bascule entre enfer et paradis. Enfer dans les sujets traités ayant souvent trait au fascisme, au pouvoir de l’argent, au contrôle de nos vies… Paradis artistique par contre avec une multitude de signes et symboles qu’il emprunte à Picasso, Goya, Dürer et beaucoup d’autres.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Profitez de notre offre d'abonnement
1er mois offert
A la une
Tous

En direct

Le direct