Joëlle Milquet: «Mon premier vote, c’était pour Philippe Maystadt»

Edition numérique des abonnés

L’ancien homme d’Etat belge Philippe Maystadt est décédé à l’âge de 69 ans. Il faisait face depuis plusieurs mois à une maladie respiratoire incurable. Tour à tour ministre de la Fonction publique, du Budget, des Affaires économiques, et des Finances entre 1980 et 1995, il devient président de la Banque européenne d’investissement de 2000 à 2011.

Joëlle Milquet, vous avez été présidente du CDH et vice-Première ministre et avez beaucoup côtoyé Philippe Maystadt, qui a contribué à lancer votre carrière. Si vous deviez évoquer en un mot ce qu’il vous inspire ?

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Profitez de notre offre d'abonnement
1er mois offert
  • J'ai écouté à la RTBF ce samedi 9 novembre la rediffusion de son "Grand oral". Pour m'apercevoir (je sens que certains vont hurler au sacrilège) que si le personnage était évidemment d'un tout autre calibre intellectuel *et surtout moral* que notre trop habituelle pègre politique, que si ses qualités humaines étaient également frappantes, je n'étais néanmoins pas d'accord sur nombre de points où il me semble s'être fait manipuler par des lobbies qui ont abusé de sa candeur, justement. Je pense en particulier aux puissances financières qui tirent les ficelles de la marionnette européenne. Tout en partageant son constat d'un enseignement foncièrement inégalitaire, j'estime aussi que les groupes de pression incompétents qui ont pondu le soi-disant "pacte" de soi-disant "excellence" (ce pompeux charabia typique des charlatans de la "psycho-pédagogie" dejà...) vont aggraver terriblement la situation, que j'ai particulièrement bien connue, étant moi-même issu d'un milieu très pauvre.

A la une
Tous

En direct

Le direct