Une «consultation populaire» pour réformer le code civil: démocratie ou démagogie?

©Photonews
©Photonews

L’annonce a été publiée sur le site du SPF justice au début du mois : «  afin de réécrire le Code civil , y explique-t-on, le ministre de la Justice a désigné différents groupes d’experts qui élaborent ensemble une proposition de réforme. Une consultation est prévue pour informer et offrir à tous la possibilité de réagir. Vous pouvez consulter les projets de texte sur ce site web et envoyer votre feed-back par e-mail.  » La démarche, confirme Jean-Pierre Buyle, président d’avocats.be (l’ordre des barreaux francophone et germanophone de Belgique) est inédite : « 

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Profitez de notre offre d'abonnement
1er mois offert
  • J'ai une grande méfiance vis à vis de trois professions: les députés, les magistrats et les journalistes parce que les premiers légifèrent, les seconds jugent et les troisièmes parlent de sujets dont ils n'ont aucune compétence. Et voilà que des journalistes nous parlent d'un sujet , le Code Civil que les députés devraient réformer pour que Nous, Citoyens, puissions le respecter en connaissance de cause et que les magistrats puissent juger ceux qui l'ont enfreint. Et bien que les journalistes, les députés, les magistrats s'entendent pour expliquer aux citoyens qu'ils sont le cœur du problème et donc qu'ils doivent savoir. Parlez aux citoyens, enseignez les, écoutez leur avis. En toutes choses, ils n'en sortiront que plus forts, plus respectables et plus respectueux.

  • Pourquoi? D'ici quelques décennies nous aurons la charia.

  • Quand on souhaite "moderniser", on n'agit pas dans l'ombre et l'on s'entoure à tout le moins d'avis éclairés (les praticiens) et surtout on n'exclut pas ceux qui ne pensent pas comme vous! C'est cela le problème...Monsieur Speidel.

  • L'article me paraît particulièrement contradictoire. On semble y lire que "les barreaux" (de quoi parle-t-on?) n'auraient pas été associés et critiqueraient la réforme. Cependant, l'article débute sur les déclarations enthousiastes de Jean-Pierre BUYLE, Président d'Avocats.be (ou l'OBFG selon ce que préfèrent les puristes), c'est à dire le porte parole de tous les barreaux francophones. Doit-on dès lors lire entre les lignes et constater qu'une fois de plus, c'est surtout l'ASM (minoritaire mais qui "utilise" les médias avec la complaisance de ceux-ci) qui est à la manœuvre et tente de saper le travail de modernisation qui est en route?

  • Monsieur Geens exclut tous dialogues avec les praticiens du droit dans le but d'imposer ses seules idées et de "les faire passer" sans perdre de temps et avant la fin de la législature. Les conséquences n'apparaîtront que lorsqu'il sera trop tard. Son système est ingénieux puisqu'il lui donne l'apparence d'une légitimité en permettant au grand public de donner un avis par mail, mais sans que cela ait la moindre influence et tout en n' ignorant pas que c'est impossible d'avoir une opinion sans être un praticien. Si j'étais ingénieur, comment pourrais-je donner un avis pertinent sur l'opportunité d'une intervention chirurgicale?(à titre d'exemple). En outre, nous tous, nous ne connaissons pas ses idées ou celles de son parti ou de ses équipes?

A la une
Tous

En direct

Le direct