Peter De Roover (N-VA) au «Soir»: «Theo Francken a été d’une prudence extrême»

Peter De Roover, 55 ans, est un des piliers du mouvement flamand. Economiste de formation, il a dirigé le Vlaamse Volksbeweging, la coupole des organisations nationalistes, durant près d’une décennie. En 2014, il est rentré dans la politique active, en se présentant sur les listes N-VA à Anvers. Il a été élu député, puis est devenu chef de groupe en 2016, en remplacement d’Hendrik Vuye, qui a quitté le parti. ©Pierre-Yves Thienpont.
Peter De Roover, 55 ans, est un des piliers du mouvement flamand. Economiste de formation, il a dirigé le Vlaamse Volksbeweging, la coupole des organisations nationalistes, durant près d’une décennie. En 2014, il est rentré dans la politique active, en se présentant sur les listes N-VA à Anvers. Il a été élu député, puis est devenu chef de groupe en 2016, en remplacement d’Hendrik Vuye, qui a quitté le parti. ©Pierre-Yves Thienpont. - pierre-yves thienpont.

Peter De Roover est le chef de groupe N-VA à la Chambre. Pour lui, la politique défendue par Theo Francken en matière d’asile est celle du gouvernement tout entier. Et s’apparente à « une forme de prudence ».

La semaine parlementaire de rentrée s’annonce animée, autour du dossier du rapatriement de Soudanais et de possibles tortures. Quel point de vue allez-vous défendre ?

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Profitez de notre offre d'abonnement
1er mois offert
  • Il y a bien d'autres moyens de préserver notre protection sociale que le gouvernement démantèle pourtant. Moi je sens notre société et ses valeurs vaciller quand elle met à mal la dignité humaine et les droits fondamentaux de l'Homme. Quand on touche à la dignité de mon semblable (tout être humain quel qu’il soit) c'est à ma propre dignité humaine qu'on touche. Je me sens insécure et étouffée dans une société fermée, d'entre-nous, de frontières. Je ne m'y sens plus chez moi justement". Rappelons-nous les mots de Nelson Mandela : "Pour être heureux ne cherchons pas à tout maîtriser, accompagnons le mouvement de la terre" et "Etre libre, ce n'est pas seulement se débarrasser de ses chaînes, c'est vivre d'une façon qui respecte et renforce la liberté des autres". Aussi : "J'ai appris que le courage n'est pas l'absence de peur, mais la capacité de la vaincre". Alors j’espère que Le Soir et les autres médias belges donneront un espace à d’autres voix pour participer à ce débat qu’il est important de mener sur base d’arguments et de contre-arguments étayés. Car comme le disait Laurent Demoulin, prix Rossel 2017 : « Le seul moyen d’être libre, de penser par soi-même, c’est d’avoir accès à un maximum de pensées. »

  • «Theo Francken a été d’une prudence extrême». Nous sommes au moins d'accord sur un point : c'est un extrêmiste.

  • Francken a menti, donc : dehors ! Charlot dit que la politique du gouvernement a été suivie ? Alors c'est de sa faute, donc : dehors !

  • Si tous les mandataires publics qui ont menti : dehors . . . pour qui voterez vous❓. . . pour les parvenus, les corrompus, les profiteurs, les lampistes ❓

  • arrêtez avec ce genre de commentaires vous comme moi n'avons pas ttes les cartes en mains pour juger ce qu'il en est réellement on trouve de tout sur le net , des vraies et des fausses informations, et dans notre confort comment faire la part du vrai du faux la seule évidence c'est que mes collègues néerlandophones sont de plus en plus en ligne avec la nva et que si cela continue la nva aura 40% des votes en Flandre ce qui représente 2.400.000 personnes doit quasi 1/4 de la population belge et en France macron a été élu président en n'ayant obtenu au premier tour que le vote 1 français sur 4

Tous les commentaires
A la une
Tous

En direct

Le direct