L’herbe de l’oubli Tchernobyl ou l’absinthe du peuple

Edition numérique des abonnés

L’humanité est ainsi faite, incapable de se mobiliser pour éviter une catastrophe tant qu’elle n’a pas le nez dedans. Prenons le réchauffement climatique : les experts ont beau être alarmistes, prévenir que, si l’on n’agit pas drastiquement aujourd’hui, il sera bientôt trop tard, l’incapacité à se projeter dans ce « trop tard » provoque une inertie fatale.

Il en va de même pour le nucléaire : alors que les signaux sont au rouge – fiabilité et sécurité des centrales nucléaires remises en question, traitement des déchets radioactifs sans solution, modèle économique des réacteurs EPR franchement inquiétant – la N-VA vient d’annoncer qu’elle ne votera pas le plan énergétique du gouvernement, remettant aux calendes grecques la sortie du nucléaire dans notre pays.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pendant 2 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct