Cash for car: de la voiture de société à la carte mobilité

© Photo News.
© Photo News.

Prononcer les mots « voiture de société » et le débat sera immédiatement enclenché. Source de pollution et de problèmes de mobilité, la voiture de société est aujourd’hui devenue un vrai problème de société. Il y a un hic : elle concerne un nombre très important de travailleurs (400.000 environ) et fait aujourd’hui partie intégrante de leur package salarial. Le débat a pris de l’ampleur ces dernières années, et les modifications successives du régime fiscal avantageux lié aux voitures de société ne l’ont fondamentalement pas calmé. La voiture de société reste un avantage salarial appréciable pour leurs heureux bénéficiaires, que l’employeur serait incapable de payer s’il devait donner l’équivalent « net en poche ».

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Profitez de notre offre d'abonnement
1er mois offert
  • on touche au cœur du problème : les acteurs du secteur et le CNT dans son ensemble ne veulent pas prendre le risque qu'un budget intégralement dédié à la voiture depuis si longtemps, puisse sortir du domaine de la mobilité pour être dépenser ailleurs... Pourtant quoi de mieux que du cash d'un montant équivalent pour faire changer les mentalités ? forcer les gens à lacher leur voiture pour plein d autres solutions de mobilité, c est bien mais c est forcément percu comme une régression de confort et donc compensé en cash qui à nouveau sera taxé à 50% ... rien de tel que donner du cash et laisser les gens choisir ce qui leur convient le mieux, ils sont assez grand... la meilleure mobilité qui soit c est la réduction de la distance bureau / travail et elle doit se faire en permettant aux gens de faire un transfert du budget mobilité vers un budget logement . La mesure cash for cars va dans ce sens la ! mais le CNT ne veut surtout pas que l'on puisse utiliser cet argent comme un complément de loyer/ remboursement hypothèque; pourtant excellente solution ! mais c est une perte de contrôle du lobby de la voiture et ils ont du mal à cacher cette véritable raison aux yeux de l'opinion publique... l ironie de l histoire : la fiscalité automobile encourage fortement l'usage des voitures 100 % électriques et pas les grosses voitures de complaisance PHEV. TESLA sera le grand gagnant de cette stratégie avec des véhicules qui rentrent en plein dans la tendance à la dépollution recherchée par le gouvernement . pas de chance pour la FEBIAC, ils n en sont pas membres, n'ont pas d'importateurs et pas de distributeurs... que ce soit avec la réduction massive des voitures à l avenir avec la mutualisation de véhicules autonomes électriques partagés, la conversion des voitures en cash ou la vente massive des Tesla notamment le model 3, autant de risques de pertes d'influence pour la FEBIAC et du secteur pour le bénéfice de tous les autres qui en ont bien besoin ! mais il faudra des années avant de corriger le mal qui a été fait à fiscaliser à mort les employés de tout niveau salariale et en autorisant une correction de cette confiscation à seulement certains par le biais de la voiture de société. Mais critiquer la voiture de société fait de vous un vilain jaloux c est ca qu ayant une voiture de société, et étant mon propre patron je serai le premier à prendre le cash for car et à me déplacer autrement qu'en grosse voiture dont le seul objectif est de défiscaliser.

  • Où peut-on trouver les statistiques réelles des voitures de "société"? Je vois un acharnement à cibler les voitures des employés de moyennes ou grosses sociétés mais personne ne parle des voitures des professions libérales ou indépendants. Sont-elles intégrées dans ces statistiques? Les voitures de société proposées par les entreprises sont majoritairement contraintes par une "car policy" qui limite les grosses cylindrées et interdit la plupart du temps les gros SUV et voitures sportives. Et pourtant, ces gros pollueurs sont présents en nombre sur nos routes. Et ce que je constate, c'est qu'il s'agit quasi systématiquement de voitures de professions libérales ou d'indépendants qui roulent en Cayenne, Range, X5, X6, V90, etc Dans les différentes grosses sociétés que je connais, la grande majorité des voitures de société ne sont que des voitures familiales qui sont indispensables et qui, si elles étaient supprimées, seraient remplacées par des voitures privées. Ce ne sont pas des secondes ou troisièmes voitures de loisir ou de confort.

A la une
Tous

En direct

Le direct