Les magistrats ne veulent pas des visites à domicile pour arrêter les migrants

©Photonews
©Photonews

C’est la question qui revient depuis des semaines. La grosse inquiétude, à peine étouffée par la controverse soudanaise. « Et les visites à domicile ? Vous avez entendu parler de ça ? Ils vont menacer les hébergeurs ! »

Les députés examineront effectivement ce mardi un projet de loi qui permettra aux forces de police d’arrêter les migrants directement à leur résidence, peu importe qu’ils soient ou non consentants. Une « résidence », en ce compris le domicile d’un tiers où ils sont hébergés. Ce que les associations interprètent comme une tentative de pression sur les hébergeurs, si pas une criminalisation de l’aide aux migrants.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Profitez de notre offre d'abonnement
1er mois offert
  • Theys Jos . J'ai bien peur que, dans votre cas, toute aide soit inutile, hélas !

  • On en a assez des ces avocats et juges activistes. Le pouvoir législatif fait les lois et le pouvoir judiciair veuille au respect de ces lois. Les adhérants de mouvements de toute sorte ont le droit de vote à temps utiles. C'est la démocratie. Si on n'est pas d'accord on peut faire appèl à De Swaef. Pour 150€ de l'heure il vous aidera.

  • On veut supprimer les juges d'instruction mais pour les rafles d'émigrés on les instrumentalise et on les rend responsables . Triste gouvernement qui remet au goût du jour : dénonciations rafles , déportations ....

  • Pourquoi être toujours aussi manichéen? J'ai aidé des réfugiés demandeurs d'asile et je le referais. J'applaudis les citoyens qui hébergent des migrants de passage par solidarité humaniste. Mais aussi le gouvernement qui fait respecter la loi telle qu'elle existe depuis que la Belgique existe, et pas seulement depuis ce gouvernement, quand il s'agit d'empêcher l'établissement de campements sauvages ou de refouler des personnes sans permis de séjour sur le territoire. On peut être à la fois légaliste et humaniste même si c'est un délicat travail d'équilibriste.

  • Grace au MR, la peste brune est à nouveau à nos portes. Dénonciations, raffles et déportations sont les préoccupations de ce gouvernement de droite. Nos droits se réduisent chaque jours un peu plus, tout comme notre économie. Il est temps que ce gouvernement disparaisse!

Tous les commentaires
A la une
Tous

En direct

Le direct