Les magistrats ne veulent pas des visites à domicile pour arrêter les migrants

©Photonews
©Photonews

C’est la question qui revient depuis des semaines. La grosse inquiétude, à peine étouffée par la controverse soudanaise. « Et les visites à domicile ? Vous avez entendu parler de ça ? Ils vont menacer les hébergeurs ! »

Les députés examineront effectivement ce mardi un projet de loi qui permettra aux forces de police d’arrêter les migrants directement à leur résidence, peu importe qu’ils soient ou non consentants. Une « résidence », en ce compris le domicile d’un tiers où ils sont hébergés. Ce que les associations interprètent comme une tentative de pression sur les hébergeurs, si pas une criminalisation de l’aide aux migrants.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pendant 2 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct