La loi sur les visites à domicile visait à l’origine à… protéger les migrants

POLITICS CHAMBER INTERIOR COMMISSION

La réforme controversée des « visites domiciliaires » qui devrait permettre aux policiers d’arrêter les migrants sur leur lieu de résidence devra attendre une semaine de plus. Après réception d’une série d’avis cinglants et face à l’inquiétude grandissante des mouvements citoyens, la majorité a consenti à une série d’auditions d’experts avant d’entamer les débats. Le gouvernement a surtout profité de la présence de la presse et des parlementaires, mardi, pour clarifier le propos du projet de loi.

Et bizarrement, sa justification semble quelque peu différente selon qu’on écoute un ministre ou une députée CD&V d’un côté ou un secrétaire d’Etat N-VA de l’autre.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Profitez de notre offre d'abonnement
1er mois offert
  • Bricourt Noela, il n(y a pas besoin de reculer si loin, il n'y a pas si longtemps, les flamands "migraient" en Wallonie pour pouvoir manger à leur faim .Mais ça, ils l'ont oublié ou ne veulent pas se rappeler !

  • C'est surtout une loi qui permet de faire pression sur ceux qui aident les migrants. Grâce à cette loi, la police pourra faire des perquisitions en toute légalité et aussi souvent qu'elle le souhaitera, comme la gestapo! Il manque des policiers pour combattre le terrorisme, il manque des policiers pour la sécurité routière, il manque des policiers pour les missions de proximité et le gouvernement veux mobiliser des policiers pour entrer et perquisitionner chez les citoyens! Incompréhensible!!

  • Monsieur Geens temporise un peu; mais va tenter à nouveau de faire voter ce texte la semaine prochaine et en attendant le justifie "dans l'intérêt des expatries"... Mais bon sang, dans leurs ascendants plus ou moins lointains, n'y a t'il pas eu des gens qui ont été obligé de s'expatrier et qui ont peut-être été sauvé par la Hollande ou par la France ou le Royaume- Unis ou d'autres pays quand la Belgique était envahie?

  • Plus sérieusement, dans toutes les époques, il a été admis des lieux sanctuaires, des temples, des églises, des lieux protégés par des lois naturelles ! J'estime que si, en âme et conscience, j'accorde hospitalité et refuge à un candidat réfugié, l'état n'a aucun droit d'interférer avec cette décision tant que cette personne n'est pas reconnue comme étant un criminel. Des catholiques ont été exécutés pour avoir héberger des protestants, des juifs et des musulmans, des Hutus et des Tutsis, et l'inverse... J'accorde ma protection à des personnes en danger et l'état de droit se doit de respecter cet acte ! Point final !

  • Qui peut croire cela?

A la une
Tous

En direct

Le direct