Michael De Cock (KVS): «Aider les migrants: c’est un impératif éthique»

Michael De Kok est très présent au Parc Maximilien.
Michael De Kok est très présent au Parc Maximilien. - Bruno Dalimonte.

On a beaucoup glosé sur la carte blanche de Bart De Wever dans De Morgen et son appel à choisir entre Etat providence et frontières ouvertes. Mais en vis-à-vis était publié le cri d’indignation du directeur artistique du Théâtre flamand à Bruxelles, Michael De Cock. Cet homme qui travaille sur les sujets de la migration depuis des années – il a écrit des livres, réalisé des reportages – y disait sa «  profonde honte  » face à la déshumanisation de la politique d’accueil du gouvernement.

Pourquoi ce cri de colère ?

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pendant 2 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct