Soolmaan Quartet Letters to Handenberg

Letter-to-Handenberg-SOOLMAAN-QUARTET

Soolmaan, c’est Tristan Driessens. Cet oudiste belge de 35 ans, qui mène plusieurs projets, comme Refugees for Refugees ou le Lâmekân Ensemble, a rassemblé un violoncelle (Léa Besançon), des percussions (Robbe Kiekens), une clarinette (Tom Callens) pour les sept premiers morceaux, un sax (Nathan Daems) pour les sept autres.

Des sonorités qui naviguent entre l’Orient et l’Occident, entre le jazz modal et le makam arabo-turc, voilà Soolmaan Quartet. «  De nos jours, un artiste est un nomade, dit Tristan. Il est mené à se forger une identité éclectique au contact d’une réalité où se rencontrent sans arrêt de multiples langages et modes d’expressions. Tout en restant fidèle à mes points de repères musicaux, j’ai eu envie de créer cet espace, un peu hors du temps, où l’on danse librement.  »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Profitez de notre offre d'abonnement
1er mois offert
A la une
Tous

En direct

Le direct