«Les Tuche», pourquoi on aime ou on déteste

Le troisième opus de cette comédie familiale française délurée bat des records dans les salles et en télévision.
Le troisième opus de cette comédie familiale française délurée bat des records dans les salles et en télévision.

A lors ? Tu les trouves comment les Tuche ? Ben, je ne sais pas. Ils ont un truc… Ils sont attachants. » Cette réplique entendue dans le premier opus de la franchise d’Olivier Baroux (ex-comparse de Kad Merad) résume parfaitement mon sentiment au moment d’écrire ces lignes.

Pour tenter de décrypter l’engouement suscité par la sortie des « Tuche 3 : liberté, égalité, fraternituche » (meilleur démarrage de l’année quand même…), j’ai englouti en moins de vingt-quatre heures cette trilogie qui raconte l’histoire d’une famille de prolos qui gagnent 100 millions d’euros au Lotto. Englouti est le bon terme. Les « Tuche » se regardent comme on mange un gros hamburger du McDo. C’est agréable à la dégustation mais, au moment de la digestion, on ressent une petite culpabilité d’avoir infligé autant de mauvaises calories à son corps.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pendant 2 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct