Françoise Xenakis lisait et écrivait pour survivre

Françoise Xenakis en 2001.
Françoise Xenakis en 2001. - Cedric Perrin/Bestimage/Photo News.

C’est elle-même qui le disait, l’écrivaine aux lunettes, rouges l’hiver, blanches l’été, qui illuminait un visage toujours souriant, dans la notice à son nom qu’elle avait écrite pour le Dictionnaire des écrivains contemporains de la langue française par eux-mêmes, paru en 1988 aux Mille et une nuits : «  Françoise Xenakis est née en Sologne en 1930. D’emblée elle a perçu que pour elle la seule manière de survivre à la vie était de lire, puis d’écrire, et n’a jamais cessé de faire les deux, bien que ça ne soit qu’en 1960 qu’elle ait réussi à passer à l’acte physique, réel, de rédiger en entier un texte – même si ce texte elle le savait par cœur depuis ses treize ans. Ainsi, riche de millions de vies lues, ou inventées, elle s’est évité le bon nombre de gadins qu’engendre en général toute vie consommée. »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Profitez de notre offre d'abonnement
1er mois offert
A la une
Tous

En direct

Le direct