JO 2018: Pita Taufatofua, un fondeur au message bien huilé

Edition numérique des abonnés

La salle « PyeongChang » du centre principal de presse des JO d’hiver, la plus grande du bâtiment, est généralement réservée aux grosses délégations et à leurs stars. Ce mercredi, cependant, c’est le seul olympien du Royaume de Tonga, pays du Pacifique qui compte un peu plus de 100.000 habitants, qui y a fait salle comble.

À 34 ans, Pita Taufatofua avait, il est vrai fait une entrée remarquée, vendredi, lors de la cérémonie d’ouverture. Par une température frôlant les -10º, il était entré dans le stade olympique de la même manière qu’il y a deux ans, aux Jeux de Rio, le torse nu et huilé, vêtu du costume traditionnel de son île qui vient d’être frappée par le cyclone Gita «  qui a détruit 40 % des habitations de la capitale qui n’étaient pas en dur  », en faisant virevolter son drapeau national. Le phénomène valait bien le détour.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pendant 2 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct