Jan Jambon, le ministre déchaîné qui fâche magistrats, avocats, milieux culturels…

Lors d’une conférence à la KUL, Jan Jambon a maintenu, debant els étudiants, ses propos visant la défense d’Abdeslam.
Lors d’une conférence à la KUL, Jan Jambon a maintenu, debant els étudiants, ses propos visant la défense d’Abdeslam. - Photo News.

À côté de Charles Michel, Jan Jambon et Theo Francken dominent la scène au fédéral. Certes, les réformes suédoises les plus impactantes, induisant des changements durables, des bifurcations, sont le fait de leurs partenaires : pensez au tax shift et à l’impôt des sociétés, signés Johan Van Overtveldt ; à la réforme des pensions de Daniel Bacquelaine ; aussi à la libéralisation du marché du travail, par Kris Peeters… N’empêche : les coups d’éclat, c’est Theo Francken et Jan Jambon. Inégalés dans cet exercice de surexposition permanente, les deux se relaient. Entre eux, on hésite entre concertation et compétition. Jan Jambon se détache en ce moment. Il reprend l’avantage. En un rien de temps, il a fait se soulever les juges d’instruction, les avocats, les artistes. Pas mal. Voyons…

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pendant 2 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct