l’édito

Assad massacre et le monde observe

Edition numérique des abonnés

Que faire ? Un massacre a lieu dans la banlieue de Damas, en Syrie. La région jouxte la capitale syrienne et s’appelle « la Ghouta ». Elle est aux mains des rebelles depuis cinq ans. Elle est aussi assiégée par le régime, qui recourt à tous les moyens pour écraser les insoumis. Depuis quelques jours, les bombardements ne cessent plus, les victimes civiles s’accumulent par centaines, dont un tiers d’enfants. C’est une boucherie. Un scandale qui glace le sang.

Le monde observe, navré ou choqué. On convoque « l’impuissance » pour occulter l’inaction, la lâcheté voire l’indifférence. Mais les images continuent à nous parvenir. Les smartphones ont changé la face des conflits. On tue en direct. On meurt devant la caméra. Le cri des blessés et celui des parents qui portent leur enfant meurtri résonnent dans les consciences. Ou devraient résonner.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pendant 2 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct