De plus en plus de malades reprennent partiellement le travail

Un retour au travail réussi constitue une triple opération gagnante, insiste Magali Mertens. «
C’est bon pour la personne qui effectue un retour progressif dans la vie active, pour les collègues de celle-ci, pour l’employeur qui ne doit pas former quelqu’un et conserve le know-how. Et puis cela donne une image humaine de l’entreprise.
»
Un retour au travail réussi constitue une triple opération gagnante, insiste Magali Mertens. « C’est bon pour la personne qui effectue un retour progressif dans la vie active, pour les collègues de celle-ci, pour l’employeur qui ne doit pas former quelqu’un et conserve le know-how. Et puis cela donne une image humaine de l’entreprise. » - Stockbroker

L a croissance du nombre de personnes en incapacité de travail ou en invalidité ralentit, constate François Perl, directeur général du service indemnités de l’Institut national d’assurance maladie-invalidité. C’est lié aux mesures prises par le gouvernement pour favoriser le retour à l’emploi. » Et si l’on en croit les statistiques de l’Inami, la tendance s’affirme au fil des ans.

En 2016, dernier exercice disponible, 72.334 autorisations de reprises partielles d’activité ont été délivrées. Soit une progression de 50,38 % par rapport à l’année 2013. Cela concernait 34.447 personnes, certaines multipliant les allers-retours entre la convalescence et la vie active plusieurs fois sur l’année.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pendant 2 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct