GoGo Penguin A humdrum star

Edition numérique des abonnés

Qu’est-ce qui fait que ce quatrième album de ce trio humoristiquement appelé GoGo Penguin me plaît si inconsidérément ? Je me pose la question au fur et à mesure que je l’écoute, car il faut écouter plusieurs fois le travail de Chris Illingworth au piano, de Nick Blacka à la contrebasse et de Rob Turner à la batterie pour se laisser emporter par leur musique.

Tentons d’y voir clair.

1. L’apparente simplicité. La musique est complexe, certes, polyrythmique souvent, mais le piano nous informe toujours clairement d’une mélodie, d’un riff.

2. L’utilisation de l’électronique sans en être submergé. Elle donne des possibilités au trio, elle ne l’emporte jamais.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pendant 2 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct