Le poison, «simple et efficace»…

En 2006, Sergueï Skripal avait été convaincu d’espionnage pour le compte du Royaume-Uni et condamné à 13 ans de réclusion par un tribunal de Moscou.
En 2006, Sergueï Skripal avait été convaincu d’espionnage pour le compte du Royaume-Uni et condamné à 13 ans de réclusion par un tribunal de Moscou. - Photonews.

Londres ne décolère pas après l’empoisonnement, dimanche, à Salisbury, dans le sud de l’Angleterre, d’un ex-espion russe, Sergueï Skripal, 66 ans, et de sa fille Youlia, 33 ans – tous deux hospitalisés dans un état critique. Durant près de dix ans, l’homme avait transmis aux services de renseignements britanniques, contre rémunération, l’identité de plusieurs dizaines d’agents secrets russes opérant en Europe et des informations concernant les unités militaires de son pays ou leur état de préparation au combat. De là à imaginer une vengeance du Kremlin, il n’y a évidemment qu’un pas.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pendant 2 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct