Marcher et écrire, la même chose?

«
Ecrire en marchant, une immense liberté».
« Ecrire en marchant, une immense liberté». - D. R.

Julien Gracq a publié En lisant, en écrivant, un titre que Chantal Deltenre aurait pu décalquer dans un En marchant, en écrivant devenu, en fait : Ecrire en marchant, avec un sous-titre : Premiers pas, puisque l’auteure remonte à la source des phrases pensées pour accompagner le mouvement de «  s’pourmèner  », comme on dit au Pays des Collines, en bord de Dendre où s’effectuèrent ses premiers pas de graphomane voyageuse – elle a voyagé dans les lointains, parfois, mais les voyages au plus près des lieux originels n’ont pas moins de sens. Ils en ont peut-être même davantage puisqu’ils prennent possession d’un monde encore étriqué, en guise d’exercice préliminaire, d’entraînement ou d’initiation, avant de partir ailleurs.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pendant 2 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct