De Wever sur la prolongation des F-16: «Nous pourrions être aux prises avec une crise énorme à l’armée»

Edition numérique des abonnés

Les dysfonctionnements dans la transmission d’informations entre l’armée et le cabinet du ministre de la Défense Steven Vandeput dans le cadre du remplacement des F-16 de la force aérienne ne resteront clairement pas sans conséquences. Ce mercredi matin, le colonel Harold Van Pee, qui dirige la procédure de remplacement des F-16, avouait qu’il était au courant de l’existence et du contenu de ces études réalisées par l’avionneur américain mais qu’il n’en a informé personne. Il a jugé que « ces études n’apportent rien de neuf. Vous pouvez laisser un ancêtre rouler cent ans de plus. La question est de savoir ce que vous pourrez encore tirer de ces F-16. Cette étude porte sur la carrosserie, pas sur l’ensemble du système d’armement ». Mais c’est loin d’être tout. A la lumière de nouveaux documents et courriers électroniques dont la VRT a pu prendre connaissance, il apparaît clairement que le dossier a fait l’objet d’une manipulation au sein même des hautes sphères de l’armée.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Profitez de notre offre d'abonnement
1er mois offert
  • Le pauvre, il n'aura pas le fric qu'il attendait de ce marché, il va falloir qu'il retourne chez ses diamantaires hallal !

  • Un pays où l'armée se met au-dessus du politique ça s'appelle ..... rappelez-le moi !

  • En ce qui concerne les responsabilités, il faut sanctionner et virer les militaires responsables de la rétention d'informations. Leur comportement est coupable, et ce dans un domaine des plus sensibles. Aucun Etat ne doit tolérer que des militaires cherchent, d'une manière ou d'un autre, à se substituer au pouvoir politique civil et démocratique. Je sais que la Belgique est devenue un non-pays, mais en la matière, on ne peut transiger sur les principes!

  • Sans forcément chercher des responsables, nous devons exiger que le gouvernement revoie son plan et postpose clairement le marché. D'une part l'obstination de la NVA a privilégier une option plus que discutable (le F35 voir les choix des armées israéliennes et même américaine) est largement suspecte, d'autres part, ces nouvelles informations révèle qu'une obstination du gouvernement à vouloir maintenir le remplacement des F-16 en total mépris des aspects budgétaire de cet engagement serait INACCEPTABLE! L'argument de la participation à l'OTAN ne tient pas. Nous n'avons pas à être le paillasson de Trump!

  • L’information viendrait à point pour postposer l’achat des F35, pas encore tout à fait au point mais dors et déjà sélectionnés.

Tous les commentaires
A la une
Tous

En direct

Le direct