Les trois bannis avaient la mainmise sur le remplacement des F-16

Le colonel Harold Van Pee, soupçonné d’avoir caché des informations au ministre, est un pilier du remplacement des F-16. © Tim Dirven.
Le colonel Harold Van Pee, soupçonné d’avoir caché des informations au ministre, est un pilier du remplacement des F-16. © Tim Dirven.

Les colonels Harold Van Pee et Peter Letten ainsi que le général Luc Roelandts ont donc été écartés de leurs fonctions au sein de la force aérienne pour leur implication supposée dans la non-transmission des rapports sur la possibilité de prolonger la durée de vie des F-16. Quel était leur rôle dans le processus mis en place pour ce marché ? Il était capital.

« L’idée de remplacer les F-16 n’est pas nouvelle, rappelle Christophe Wasinski, professeur en politique internationale à l’ULB et chercheur au Grip. A l’époque ministre de la Défense, André Flahaut (PS) en parlait déjà mais n’a pas été entendu par le gouvernement Verhofstadt. Son successeur, Pieter De Crem (CD&V), a également un jour annoncé qu’il voulait acheter 40 exemplaires du F-35. Finalement, l’idée a été reprise par Steven Vandeput (N-VA). »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pendant 2 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct