Yassin Mrabtifi, le danseur de Molenbeek: « J’ai vu plein de jeunes devenir fous »

«
Les mots, c’est limité. Plutôt que de dire  je suis énervé  ou  je suis en colère , je préfère jouer avec le corps.
»
« Les mots, c’est limité. Plutôt que de dire je suis énervé ou je suis en colère , je préfère jouer avec le corps. » - Hatim Kaghat.

Le spectacle du danseur Yassin Mrabtifi aurait pu s’intituler « Itinéraire d’un enfant de Molenbeek » si ce genre de titre n’avait pas des connotations sécuritaires depuis deux ans. Il a donc opté pour un titre plus conciliant – From Molenbeek with love – même s’il est plutôt du genre « cash » dans ses opinions. Passé par la compagnie de Wim Vandekeybus, le chorégraphe porte un regard acéré sur notre société et les difficultés à s’y insérer quand on est issu de l’immigration et qu’on habite Molenbeek. Lucide, il décortique les mouvements de balancier entre tentative d’assimilation et révolte contre un racisme larvé. Une histoire intime et écorchée qui fait plus réfléchir que tous les raccourcis des « envoyés spéciaux » à Molenbeek.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pendant 2 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct