Fin de l’amnistie sur les points APE: Pierre-Yves Jeholet réclame 15 millions

Les points APE ont notamment permis aux pouvoirs locaux (ici Charleroi) de financer des emplois de proximité.
Les points APE ont notamment permis aux pouvoirs locaux (ici Charleroi) de financer des emplois de proximité. - TTLAgency.

En Wallonie, l’avant-projet de réforme des aides à la promotion de l’emploi (les points APE) a déjà fait couler beaucoup d’encre. Dès leur arrivée au pouvoir à l’été 2017, le MR et Pierre-Yves Jeholet, nouveau ministre de l’Emploi, avaient pris l’engagement de s’attaquer à ce dispositif qui organise un financement public pour 60.000 emplois (45.000 équivalents temps plein) dans les pouvoirs locaux et dans les milieux associatifs.

Depuis longtemps, les libéraux considèrent que l’ambition initiale a été dévoyée. En 2002, il s’agissait de favoriser le retour à l’emploi de demandeurs d’emploi en grande difficulté. Aujourd’hui, les points APE permettent aux communes, aux provinces et à d’innombrables ASBL (4.000 employeurs au total) de financer à bon compte des politiques et des projets qui, sans ce coup de pouce bienvenu, seraient impayables.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Profitez de notre offre d'abonnement
1er mois offert
  • Comme indiqué dans l'article, l'objectif du système est la remise au travail de personnes éloignées du marché du travail. Or, le système est complètement dévoyé. Il suffit d'être inscrit un jour au Forem pour bénéficier d'un passeport APE. Et, le recrutement permet de bénéficier des points APE sans limite dans le temps. Certains travailleurs font bénéficier leur employeur de ce subside pendant des décennies. Ce qui n'a rien à voir avec l'objectif initial. Ceci dit, les missions remplies par ces travailleurs peuvent être très utiles et nombre de communes ou d'ASBL ne pourraient pas se payer ces travailleurs sans aide. Donc, cent fois oui à une réforme du système, mais ces aides doivent continuer à aider communes et ASBL à remplir leurs missions de service au public. A noter que la France connaît le même débat avec le problème de la réduction du nombre des emplois aidés.

  • 60000 emplois 4000 employeurs !!! alors que les missions "régaliennes " de l' Etat , des Régions, des Communes sont défaillantes et en sous effectifs ds certains secteurs, effectivement JJ c'est TRISTE. Comment en est-on arrivé à ce niveau de "magouille" ? Il est urgent de dresser effectivement un cadastre pr une remise à plat du système!.

  • La Wallonie, devenue une République bananière (« Les décisions d’octroi et le nombre de points octroyés semblent relever davantage du fait du prince que des critères objectivés »). Triste

A la une
Tous

En direct

Le direct