Jean-Claude Juncker ne veut voir qu’une seule tête

Jean-Claude Juncker sonnant le début de la réunion du collège des commissaires ce mercredi 11 avril.
Jean-Claude Juncker sonnant le début de la réunion du collège des commissaires ce mercredi 11 avril. - Mauro Bottaro/UE

H i, Dictator ! » Salut Dictateur : l’apostrophe ironique par laquelle on a déjà entendu le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker saluer le Premier ministre hongrois Viktor Orban, autocrate glorieusement réélu dimanche dernier, ce dernier prendra peut-être malin plaisir à la retourner lors de leur prochaine rencontre, après lecture de cet article. Lors de la réunion hebdomadaire de la Commission européenne ce mercredi, Jean-Claude Juncker a en effet fait passer à ses commissaires une épreuve rappelant plus le régime dictatorial que le principe, inscrit dans les traités européens, de la « collégialité » des décisions de l’exécutif de l’UE.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Profitez de notre offre d'abonnement
1er mois offert
  • Le "choix ?" de Mr Selmayr , s'il adhère davantage à la notion de "putsch" sera ardu à contrer. Mais A CE JOUR est ce le temps d'une direction UE ("au cerbère à trois têtes ?") voire davantage? Cette dernière notion n'impliquerait -elle pas plus d'indécisions et autres tâtonnements supplémentaires ? Et moins d' uniformité(s) encore ? C'est bien la raison pour laquelle ; quelque soit le nom d'un(e) unique remplacent(e) ; ses vues doivent être connues au plus vite .... Mais il est PEU à penser , néanmoins, que le dit Mr Selmayr soit "un demeuré" patenté , et qu'en tout état de cause : il ferait bien l'affaire à un tel niveau de pouvoir.

A la une
Tous

En direct

Le direct