Macron, Bourdin et Plenel: un indispensable moment de démocratie

© Reuters
© Reuters

« Q uestion cash, réponse cash ?  », interroge Edwy Plenel. «  Toujours entre nous  », répond Emmanuel Macron dans un sourire. Jusqu’à présent avare d’apparitions dans les médias, Emmanuel Macron mène une offensive médiatique pour marquer le premier anniversaire de son arrivée à la présidence. Sur BFMTV et Mediapart, le président français a répondu aux tenaces Edwy Plenel et Jean-Jacques Bourdin. Un échange parfois virulent, jamais ennuyant.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Profitez de notre offre d'abonnement
1er mois offert
  • Un "débat" plat et inutile. Emanuel Macron a promené les deux journalistes et n'a répondu à rien de ce qu'auraient pu attendre les français (et les autres), sauf d'étaler sa suffisance. C'est aussi l'avis clair et tranché de Yves THERARD (et des autres invités) dans l'émission "c'est dans l'air" de ce jour. Les "prestations" de PLENNEL et BOURDIN ont été en dessous de leur réputation . . .

  • Pourquoi le presse matraque t' elle sans relâche la très faible apparition de E. Macron dans les médias et plus spécifiquement dans des conférences de presse? Le Président de la République est, me semble-t-il au dessus de la mêlée, et son apparition fortement médiatisée dans des conférences de presse ou des interviews très médiatisées. Le Général de Gaulle était il si souvent au devant de la scène? Combien d'interventions annuelles de grande ampleur de Giscard, de Chirac ;;;;? Non ce n'est pas le rôle que la constitution française réserve au président : la présidence donne l'impulsion pour le premier ministre, est responsable de la défense et des armées, les Affaires étrangères. Malheureusement Sarkozy a biaisé le système. Et depuis lors la dérive. Et surtout, pourquoi réserver au Palais présidentiel une aile spécialement réservée à la presse??? Pour des espions? Y en a t il chez nous en Belgique au 10 rue Lambermont?

  • Ce ne sont pas des journalistes qui ont appris leur métier à l'école hôtelière comme dit Bedos, ils se refusent de poser les questions comme on passe les plats. Une espèce à protéger car elle est en voie de disparition (comme les lanceurs d'alerte!). Les amis s'offensent du militantisme de Plenel...normal pour des gentils moutons. Poujadisme, populisme des mots qui ne s'accompagnent jamais d'argumentation! Ils se suffisent à eux-mêmes, "la messe est dite": ça dénote une certaine suffisance de ceux qui les prononcent. Ce qui est assez inquiétant ce sont les amitiés qui se nouent...qui l'aurait cru? Un nouveau caniche!

  • Bravo Macron!. Il possède à fond tous les sujets.Mais le ton surtout de JJ. Bourdin était irrévérencieux, à la limite de l´agressivité.Il interpelait constamment le président, comme s´il était n´importe qui. Ces journalistes se comportaient plus comme l´opposition. Effectivement Plenel exprimait une question biaisée en sous-entendant que toute la France était en soulèvement. et Bourdin en disant d´un ton vindicatif la question simpliste"est-ce que vous comprenez que les Francais aient peur de l´Islam" , à la manière Le Pen, a recu une réponse fort judicieuse.

  • Enfin des journalistes qui osent...

Tous les commentaires
A la une
Tous

En direct

Le direct