l’édito

Des frappes ciblées en Syrie pour éviter les Russes

Décollage d'un missile Tomahawk depuis le bateau americain USS Monterey à destination de la Syrie le 14 avril 2018. ©PhotoNews
Décollage d'un missile Tomahawk depuis le bateau americain USS Monterey à destination de la Syrie le 14 avril 2018. ©PhotoNews

Washington, Paris et Londres ont-ils eu raison de mener leurs frappes punitives sur le régime syrien ? Et d’abord, l’option militaire est-elle jamais justifiable ? Les pacifistes dans l’âme, mais aussi ceux qui se retranchent derrière leur angélisme pour défendre des régimes oppressifs, argueront toujours que les solutions militaires doivent être exclues, au profit du dialogue politique. Ils n’ont pas tort. À ceci près que face à des acteurs qui font la guerre – dans le chef du régime syrien et de leur protecteur russe, une guerre particulièrement cruelle, barbare et meurtrière – l’option militaire est parfois le seul instrument indispensable pour servir les objectifs politiques les plus louables.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pendant 2 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct