Jean-François Kahn sur les frappes en Syrie: «C’est nouveau, la punition avant le verdict»

Edition numérique des abonnés

Je soulignais, ici, il y a quatre semaines, ce que la réaction britannique à l’empoisonnement d’un ex-agent double soviétique avait de paradoxal.

La responsabilité de l’« Etat profond » russe est certes probable, mais la logique voulut que l’on enquête, que l’on rassemble les preuves et que, dès lors, si cette responsabilité était avérée, on sanctionne durement. Au lieu de quoi, avant toute enquête, donc avant tout recueil de preuves, on a désigné le coupable, ameuté le monde entier, mais on sanctionne… très mollement.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Profitez de notre offre d'abonnement
1er mois offert
  • L' immense champ de gaz et de pétrole récemment découvert en méditerranée n'est-il là au large de gaza, du Liban et de la Syrie? Israël n'en est-il pas coupé? Est-ce juste pour ce perpétuel (et quasi biblique) conquérant? Est-ce juste pour la France et l'Angleterre qui , constamment, se sont si intimement et si intensément mêlée des affaires syriennes depuis l'effondrement de l'Empire Ottoman ?

  • ce regard et non cette regard

  • Je partage quasi entièrement l'avis d'un commentaire ci dessous. Et son questionnement quant -au fait" d'être conscients de tous les enjeux de ce conflit au Moyen Orient ?" La réponse est sans nul doute NON. En simple , se faire une idée de l'ampleur du "phénomène" "Syrien" et de son "immense" complexité en ce les multiples interactions comprises; est (et non serait) de consulter une carte des diverses zones d'influences (mais à situations variables -> consultations récurrentes ) en ce "territoire Syrien". Cet effort a déjà été réalisé en ce journal (et très bien d' ailleurs). Mais ces dites cartes parfaitement démonstratives apparaissent ici, un laps de temps très restreint. Pourtant , cette "regard" est bien à la portée de chacun d'entre nous

  • Analyse très pertinente. Ajoutons que, dès le début, on a voulu renverser le régime Assad sans passer par des négociations ou des sanctions. (A quoi sert l'ONU?). On a armé l'opposition et on a permis à l'I.S. de se développer. Quel gâchis. Mais, sommes-nous bien conscients de tous les enjeux de ce conflit au Moyen-Orient?

  • Excellent article, merci M Kahn.

Tous les commentaires
A la une
Tous

En direct

Le direct