Chez bpost, mieux vaut éviter l’épidémie de grippe

La rémunération variable des cadres est, notamment, affectée par le taux d’absentéisme du personnel qu’ils chapeautent.
La rémunération variable des cadres est, notamment, affectée par le taux d’absentéisme du personnel qu’ils chapeautent. - OLIVIER PAPEGNIES.

La mesure est entrée en vigueur en catimini (glissée discrètement dans le rapport annuel 2017 du groupe, sans aucune publicité fortuite) : un nouveau mode de rémunération chez bpost, s’appliquant à l’ensemble du middle et du top management, soulève pourtant pas mal de questions. Désormais, la partie variable du salaire de ces derniers est, notamment, conditionnée au taux d’absentéisme à court terme mesuré chez les travailleurs qu’ils chapeautent.

En clair : plus les employés et ouvriers « lambda » du groupe enregistreront d’absences d’une durée de moins d’un mois, moins leurs supérieurs gagneront d’argent. L’indicateur dit de « bien-être » influe pour 15 % sur la partie modulable de leur salaire. Il sera mesuré globalement dans l’entreprise. Quant aux objectifs fixés aux managers individuellement à ce niveau, « ils sont confidentiels ».

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Profitez de notre offre d'abonnement
1er mois offert
  • En outre, ce n'est bon pour personne. C'est "tendance" de mettre la pression au travail ne fera que créer des rivalités et de la peur . Ce qui est mauvais pour l'entreprise. Juridiquement une rémunération ne peut être liée à de l'absentéisme dû à la maladie des subordonnés. Je me demande ce qu'en penseraient les inspecteurs du contrôle des lois sociales ou bien de l'inspection sociale? A moins que la partie variable ne constitue pas de la rémunération...

A la une
Tous

En direct

Le direct