Les fausses concessions de la Pologne à l’UE sur l’État de droit

Le président de la République Andrzej Duda ne devrait pas faire obstacle à l’entrée en vigueur des nouvelles réformes de la justice.
Le président de la République Andrzej Duda ne devrait pas faire obstacle à l’entrée en vigueur des nouvelles réformes de la justice. - Janek Skarzynski/afp

Depuis Varsovie

Une semaine seulement après la visite à Varsovie de Frans Timmermans, commissaire européen en charge de l’État de droit, le Parlement polonais a adopté ce lundi trois « réformes de réformes de la justice » destinées à dissiper les doutes de la Commission concernant l’indépendance des tribunaux du pays.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pendant 2 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct