Belgique: les ONG carburent contre l’huile de palme

L’huile de palme dans nos moteurs
: l’équivalent des émissions annuelles des voitures sur le Ring de Bruxelles.
L’huile de palme dans nos moteurs : l’équivalent des émissions annuelles des voitures sur le Ring de Bruxelles. - Anadolu.

Lorsque nous faisons le plein de nos véhicules, nous ajoutons, souvent sans le savoir, des carburants « verts » à notre essence ou notre diesel fossile. Ainsi, il y a entre 9 et 10 % de bioéthanol dans notre Euro 95 (désormais E10), entre 4 et 5 % dans la Super 98 et entre 6 et 7 % de biofuel dans notre diesel.

Le bioéthanol vient du froment, du maïs, de la betterave, de la canne à sucre, etc. Le biodiesel est fabriqué à partir de soja et de colza, mais aussi d’huile de palme. Si on considérait naguère ces ajouts comme des carburants renouvelables, donc « verts », ce n’est plus le cas aujourd’hui. Leur impact négatif sur l’environnement et sur la production alimentaire a été maintes fois documenté (Le Soir du 06/02/2018). Et tant les experts que les associations environnementales, de même que celles qui travaillent dans l’aide au développement souhaitent une quasi-disparition de ces carburants qu’ils considèrent comme nocifs.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct