«Dans dix ans, qui nous lira encore?»

Faire en sorte que tous les jeunes ressemblent à celle-ci. Et lise à chaque moment de loisir.
Faire en sorte que tous les jeunes ressemblent à celle-ci. Et lise à chaque moment de loisir. - Photo News.

Les résultats en matière de compréhension à la lecture révélés par l’enquête internationale PIRLS 2016 (Progress in Reading Literacy Study) montrent que nos élèves de 4e primaire sont les plus faibles lecteurs de l’Union européenne et des pays membres de l’OCDE. Seul un élève sur cinq dispose de capacités de lecture suffisantes pour lui permettre d’interpréter et d’intégrer des informations contenues dans un texte. La moyenne européenne s’établit à un élève sur deux.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Profitez de notre offre d'abonnement
1er mois offert
  • L'abandon de la lecture est une décadence car elle apprend à penser à réfléchir, à enrichir son vocabulaire, condition indispensable pour exprimer finement sa pensée.Elle est remplacée, en grande partie, par l'image.Mais en quoi l'image forme -t-elle notre cerveau?

  • Le drame de la désaffection de la lecture commence à l'école où l'on n'accorde plus d'importance à la lecture et à la compréhension des textes même à la base dans l'étude des matières.Prenez les notes de profs (elles ont supplanté les manuels , à mon grand désespoir).Vous y trouverez peu de textes rédigés et ce particulièrement dans le primaire: les phrases sont remplacées par des flèches, des barres des tableaux, des mind-mides, très à la mode, que les élèves ne savent pas lire, évidemment, il n'y a pas de textes mais pire, ils ne les comprennent pas car une flèche peut vouloir dire n'importe quoi. L'abandon du manuel scolaire contre lequel j'ai lutté, sans succès, à la fin des années 1990, avec le professeur de pédagogie, Dieudonné Leclercq, de l'ULiège, a été le début d'une dégradation grave en lecture: comment inciter les enfants à apprendre à lire quand l'école méprise cette compétence? Les élèves sont incapables de lire les quelques manuels, appropriés à leur niveau scolaire qui existent encore sur le marché, Ce n'est pas en créant des bibliothèques dans une école qui méprise la lecture dans ses propres cours que l'on va inciter les élèves à lire car pour avoir du plaisir en lisant, il faut y être compétent et ce n'est plus le cas.Je fais 20 h de remédiation par semaine , dans tout le secondaire et en 1° bac du supérieur, et je suis sidérée par l'incapacité en lecture de problèmes, par exemple, qu'ils détestent car ils ne comprennent pas les phrases exprimées en français correct,Je suis souvent amenée à faire de l'analyse logique et grammaticale pour les aider à comprendre ces phrases.C'est un travail que l'école primaire se refuse à faire car beaucoup d'instituteurs qui sont sortis ces dix dernières années instituteurs, ne maîtrisent pas, eux-mêmes, pas la grammaire indispensable à la compréhension des textes.Arrêtons de dire que la grammaire n'a pas un but utilitaire car elle est fondamentale en lecture.Ainsi pour améliorer la compétence en lecture, il faudrait que l'école réhabilite le grammaire, la conjugaison et l'importance du vocabulaire riche et approprié.Les élèves du secondaire me disent qu'ils ne savent pas utiliser Internet ,en maths, car le vocabulaire est du français correcte et non, ce qu'ils appellent le français familier et qui est un véritable charabia incompréhensible.Ce n'est pas étonnant qu'ils ne comprennent pas les questions du CE1D, par exemple, simplement parce qu'elles sont rédigées dans un français correct et non en charabia.Quand je rencontre les élèves que j'aide, ma première question est que vois-tu? Les réponses sont rarement compréhensibles car elles consistent souvent en une suite de mots non spécifiques et non des phrases qui expriment correctement leurs pensées. Ils ne savent pas rédiger des phrases : normal, on leur demande de faire des travaux sur Internet, qui soit disant est fondamental car on apprend à rechercher "l'information " Il faut se rendre à l'évidence ; ces travaux sont des copier-collés aux les élèves ne comprennent pas grand chose et sont incapables d'en faire la synthèse.Le problème se pose de l'école primaire à la fin du secondaire.Faites l'expérience avec votre enfant, quel que soit son âge et demandez lui ce qu'il a vu, en classe, en histoire, géo, maths, physique ,etc et vous serez sidérés par les réponses et je vous défient de comprendre ce qu'ils vous répondrons.

A la une
Tous

En direct

Le direct