En Wallonie, les aides à l’emploi abusives pourront être sanctionnées

La Compagnie du Campus pratique le théâtre-action et produit des spectacles réputés. Les points APE lui permettent de vivre. © Compagnie du Campus.
La Compagnie du Campus pratique le théâtre-action et produit des spectacles réputés. Les points APE lui permettent de vivre. © Compagnie du Campus.

En Wallonie, le projet de réforme des aides à la promotion de l’emploi (APE) n’en finit pas de faire des vagues. Pierre-Yves Jeholet (MR), le ministre de l’Emploi, persiste pourtant : « La bonne utilisation de l’argent public est un principe de bonne gouvernance qui m’est très cher. » Qu’il s’agisse de la réforme ou de la fin de l’amnistie pour les sommes indûment versées, l’opposition se déchaîne. Le PS appelle à « la mobilisation générale contre un projet qui plonge 60.000 travailleurs et 4.000 employeurs dans l’incertitude la plus profonde. »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Profitez de notre offre d'abonnement
1er mois offert
  • Pour arriver à trouver plus bête que ce type, il faut déjà faire un tas de km ! Comme si il n'avait déjà pas assez démoli comme ça ! Avec lui, quand le soleil ne luit plus, il y a beaucoup de sortes de bêtes qui sont à l'ombre ! Et on peut être sûr qu'il n'aura pas d'insolation !

  • Moralité ( si on peut dire).-- Il n'y a pas que les chômeurs que l'on peut qualifier d'assistés.

  • Il n'y a pas qu'à lui qu'elle est chère... Combien d'emplois réellement productifs à l'économie perdu dans les surtaxes, pour des emplois ainsi devenus politisés? Si ce n'est pour construire cette contre-utopie d'un état tentaculaire, a quoi sert-il servi de créer une aide à l'emploi "public" pour des gens au chaumage à cause du poids de ces tentacules sur le secteur privé?

A la une
Tous

En direct

Le direct