Kazakhgate: pour Armand De Decker, son inculpation «ne tient absolument pas la route»

Edition numérique des abonnés

Armand De Decker a déclaré lundi « prendre acte » de son inculpation, estimant que les motivations retenues par le juge d’instruction coupaient court « à toute une série de fantasmes que la presse et certaines personnalités ont véhiculé dans le public ».

Dans un communiqué, le député bruxellois estime que les motifs retenus dans son inculpation confirment l’absence de son implication dans le travail législatif qui a abouti aux lois de 2011 d’élargissement de la transaction pénale.

« Il est dès lors acquis que, comme (je l’ai) toujours affirmé, (je n’ai) eu aucun comportement répréhensible à propos de ces nouvelles lois. La Commission d’enquête parlementaire dite Kazakhgate l’a aussi confirmé de manière éclatante. (J’ai) donc été injustement mis sur la sellette à propos de l’adoption de cette loi », juge-t-il.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pendant 2 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct