Les présidents des jeunesses politiques belges demandent la protection des jeunes à Gaza

Les jeunesses politiques belges espèrent une solution définitive au conflit, non-violente et dans le respect des droits et sensibilités des différentes communautés impliquées.
Les jeunesses politiques belges espèrent une solution définitive au conflit, non-violente et dans le respect des droits et sensibilités des différentes communautés impliquées. - AFP.

Au moment de célébrer le 50e anniversaire des manifestations de Mai 68, nous constatons de nombreuses similitudes avec l’époque que nous vivons aujourd’hui dont la plus importante à nos yeux, la place revendiquée par les jeunes dans le système politique afin de faire bouger les lignes et changer le système. La revendication de nos idéaux passe par les réseaux sociaux en « likant », partageant ou twittant, ou les actions sur le terrain en descendent parfois dans la rue pour promouvoir leurs idéaux.

Cet engagement nous amène à regarder au-delà de nos propres frontières, parce que tout comme nous, partout dans le monde, des jeunes se battent pour faire entendre leur voix. Mais pour certains d’entre eux, cet engagement n’est pas toujours sans risques. Pensons par par exemple aux manifestations en Syrie, en RDC, au Nicaragua ou encore à Gaza.

La situation à Gaza

A Gaza, notamment, des jeunes prennent de gros risques et sortent manifester pour le septième vendredi d’affilée, simplement pour revendiquer le droit à avoir des perspectives d’avenir. Yousef, un photographe de 20 ans, en a fait l’expérience. Le 30 mars dernier, le premier jour des manifestations, il est allé à la frontière avec Israël. Il était bien visible avec sa veste et sa carte de presse et sa carte de presse dans son sac. Yousef est un des rares Gazaouis à avoir beaucoup de travail, une exception dans une région où le chômage des jeunes dépasse 60 %.

À 750 mètres de la clôture, il a été atteint à la jambe gauche par une balle de 16 millimètres, suivie quelques secondes après d’une deuxième balle, cette fois dans la jambe droite. Une ambulance l’a amené à l’hôpital le plus proche. Vu le blocus imposé illégalement par l’Etat d’Israël, l’équipement médical à Gaza est une denrée rare, le permis pour recevoir les traitements nécessaires en Israël lui a été refusé et la frontière avec l’Egypte est restée fermée. La jambe de Yousef a dû être amputée faute d’avoir reçu les soins médicaux nécessaires dans les temps. Une tragédie humaine ! Mais en tant que jeune, il y a des choses qu’on ne choisit pas. Et à Gaza, on ne choisit pas grand-chose.

« Une jambe en moins, mais je n’abandonne pas »

L’attitude positive du jeune photographe est admirable : « Une jambe en moins, mais je n’abandonne pas. Je suis fier de mon travail et rêve encore de devenir un photographe renommé. J’ai toujours mes deux mains pour tenir mon appareil photo ». Cet espoir, cette volonté d’innover et d’aller de l’avant même dans les situations les plus difficiles est caractéristique de notre génération. C’est aussi caractéristique des jeunes Palestiniens, qui continuent de voir une oasis d’espoir dans un désert de misère.

Le conflit entre Israël et la Palestine est complexe mais prendra fin, on l’espère, un jour. Il doit prendre fin ! 25 ans après les accords d’Oslo, qui n’ont mené à rien, nous continuons à espérer une solution définitive, non-violente et dans le respect des droits et sensibilités des différentes communautés impliquées.

En attendant ce jour il faut que les choses avancent aujourd’hui. Et pour cela, la communauté internationale doit garantir la protection des jeunes qui veulent s’engager positivement.

Un cas qui n’est pas isolé

Le cas de Yousef n’est pas un cas isolé. Selon les Nations Unies, depuis le vendredi 30 mars, une cinquantaine de Palestiniens ont été tués, dont au moins six enfants et plus de 7900 Palestiniens ont été blessés, dont au moins 689 mineurs. Et ceci malgré l’appel envoyé par B’tselem, une organisation israélienne de défense des droits humains, aux soldats israéliens afin qu’ils ne tirent pas sur des manifestants non armés. Les Nations Unies ont déclaré que les morts et les blessés palestiniens n’étaient pas armés, ne représentaient pas de menace sérieuse et, dans certains cas même, s’éloignaient en courant de la clôture. L’Union européenne a également condamné la violence disproportionnée contre les manifestants et a demandé une enquête indépendante.

L’utilisation de la violence extrême contre des manifestants pacifistes et non armés est inacceptable et ne doit pas être laissée sans conséquence au niveau international. C’est pourquoi, nous, les jeunesses politiques belges, demandons aujourd’hui aux autorités belges et européennes de garantir la protection des jeunes, notamment dans le Territoire Palestinien Occupé. Nous demandons au gouvernement Belge d’inviter l’ambassadeur d’Israël pour des explications sur le respect des droits de l’homme en Israël et Palestine. Egalement, nous demandons au gouvernement belge de jouer un rôle moteur au sein de l’Union européenne dans ce dossier. Nous sommes solidaires des jeunes qui partout dans le monde se battent pour leurs idéaux et veillons par tous les moyens à notre disposition à garantir qu’ils puissent faire entendre leur voix sans risque.

Cet article réservé aux abonnés
est en accès libre sur Le Soir+

Cet article réservé aux abonnés est exceptionnellement en accès libre

Abonnez-vous maintenant et accédez à l'ensemble des contenus numériques du Soir : les articles exclusifs, les dossiers, les archives, le journal numérique...

1 mois d'essai offert
J'en profite
Je suis abonné et
je dispose d'un compte
Je me connecte
1€ Accès au Soir+
pendant 24h
Je me l'offre
Je suis abonné et
je souhaite bénéficier du Soir+
Je m'inscris

Commentaires

A la une
Tous

En direct

Le direct