La révolution de papier

Edition numérique des abonnés

Tout est la faute de 1968. Parce qu’en juillet, l’American Indian Movement voit le jour. Parce qu’en août, les chars du Pacte de Varsovie entrent en Tchécoslovaquie, et la première bombe H est lâchée en Polynésie. Parce qu’en septembre, un manifeste féministe contre Miss America se tient à Atlantic City. Parce qu’en octobre, aux J.O. de Mexico, les athlètes Tommie Smith et John Carlos lèvent le poing en signe de Black Power.

Et parce qu’en mai, dans Paris l’insoumise, Paris la fiévreuse, Paris l’affolée, les étudiants qui occupent l’école des Beaux-Arts découvrent la magie de la sérigraphie : en quelques nuits, ils impriment des affiches par centaines, des affiches qui ne resteront pas plus qu’un mois ou deux sur les murs, mais dont on parlera encore 50 ans plus tard.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct