Le gratin du golf européen est cette semaine à Anvers

Thomas Pieters a été l’ambassadeur du premier «
Belgian Knockout
» mis sur pied par les autres membres de sa famille sur le parcours de Rinkven qu’il connaît comme sa poche, et où il sera suivi par de nombreux supporters. @News
Thomas Pieters a été l’ambassadeur du premier « Belgian Knockout » mis sur pied par les autres membres de sa famille sur le parcours de Rinkven qu’il connaît comme sa poche, et où il sera suivi par de nombreux supporters. @News

Une manche du Tour européen en Belgique ! Depuis la dernière édition du Belgian Open remportée par Lee Westwood au Zoute en 2000, d’aucuns en rêvaient régulièrement ; la famille de Thomas Pieters l’a fait. « Il y a deux ans aux sports d’hiver, dans la foulée de ma première participation remarquée à la Ryder Cup, on a eu cette discussion en famille : et si on relançait le Belgian Open ? », se souvient le nº1 belge, en léger recul sur la scène internationale (60e mondial) depuis le début de cette année. Deux ans plus tard, et dix-huit années après la 51e édition du Belgian Open, le « Belgian Knockout » est né. De jeudi à dimanche, le gratin du golf européen partira à la découverte du parcours de Rinkven, au nord-est d’Anvers. Les grandes stars du circuit ne seront certes pas là, mais c’est une première édition. Organisée sur un format novateur, qui plus est. Et puis les « trois Belges » – Pieters, Colsaerts, Detry – seront réunis : un moment rare dans la saison.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Profitez de notre offre d'abonnement
1er mois offert
A la une
Tous

En direct

Le direct