Asghar Farhadi: «On ne sait pas quel passé nous attend»

Edition numérique des abonnés

Asghar Farhadi accumule les prix depuis une dizaine d’années. Primé aux Festivals de Berlin et de Cannes, auréolé de deux Oscars du meilleur film étranger, il s’est imposé comme un maître et contribue au rayonnement international du cinéma iranien.

Pour son neuvième film, Everybody knows, il a à nouveau choisi de filmer hors de son pays natal. Et en Espagne, il a trouvé des gens joyeux et heureux comme pouvaient l’être les Iraniens dans un temps révolu.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct